Dès lors qu’une société est opérante, le ou les propriétaires doivent choisir leur mode de rémunération. Ils ont le choix entre deux types de revenus : le salaire ou le dividende. Ces deux modes de rémunération comportent des caractéristiques qui leur sont propres. Intéressons-nous de plus près aux différences entre ces deux revenus.

Dividendes et salaires : deux types de revenus

qu’est-ce qu’un dividende ?

Un dividende représente une part de bénéfice net qui est répartie entre les différents actionnaires d’une entreprise. Elle ne peut donc pas constituer une dépense qui viendrait réduire le revenu imposable de l’entreprise comme pourrait le faire un salaire.

Le salaire vient diminuer le profit dans l’état des résultats des états financiers, tandis que le versement de dividende vient réduire les bénéfices non répartis dans le bilan financier d’une entreprise.

Qu’est-ce qu’un salaire ?

Un salaire représente une somme versée en contrepartie d’un travail effectué par une personne dans le cadre d’un contrat de travail.

Le salaire constitue une dépense dans l’état des résultats des états financiers. 

Les impacts du versement d’un salaire

Le versement d’un salaire implique le prélèvement de plusieurs charges sociales. Au Québec, l’employeur et l’employé doivent tous deux payer des cotisations. Il y a tout d’abord celles de la Régie des rentes du Québec (RRQ), celles du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) et celles du Fonds des services de santé (FSS).

Ces cotisations représentent des coûts supplémentaires, mais permettent à l’actionnaire de bénéficier de plusieurs avantages. Des avantages qui profitent également à la société puisque les salaires qu’elle verse sont déductibles.

Concernant les déductions, il y a celles concernant la garde d’enfants au fédéral, la RQAP, le RQQ et le Régime enregistré d’épargne-retraite. Ces déductions sont applicables pour les salaires, mais en aucun cas pour les dividendes.

Il faut donc comprendre que le fait de verser un salaire a également un coût pour l’employeur, car celui-ci a des charges à payer en plus de retenir les cotisations salariales de l’employé. Dans l’industrie, on affirme souvent que pour verser 100$ de salaire brut à un travailleur, cela coute environ 115$ pour l’employeur, et l’employé reçoit entre 55-75$ de ce montant en net, suite aux retenues à la source de ses impôts et cotisations.

Le gros point faible du salaire est l’imposition. En effet, le revenu de l’actionnaire est imposé à un taux de 49,97% au Québec ce qui représente un taux très élevé. Nos services de déclaration de revenus d’entreprise peuvent vous aider dans vos démarches. Vous pouvez également profiter de notre logiciel d’impôt qui vous permettra de remplir facilement vos déclarations T2 et Co-17.

Les impacts du versement d’un dividende

Pour l’actionnaire, un dividende est beaucoup moins imposé qu’un salaire dans les mains de l’actionnaire. En effet, le salaire est soumis à imposition alors que pour le dividende, un  impôt a déjà été payé par la société.

Il existe deux types de dividendes : les déterminés et les ordinaires.

Les dividendes déterminés sont versés lorsque l’entreprise gagne du revenu pour lequel elle n’a pas le droit à la DPE (Déduction pour Petites Entreprises). L’actionnaire verra son revenu être imposé à un taux moindre (jusque 35,22%) lors du versement du dividende, car la société paie un impôt plus élevé (26,9%).

Les dividendes ordinaires sont versés à partir des revenus d’entreprise qui ont permis la déduction pour petites entreprises ou à partir des revenus de placement. Ceux-ci impliquent que le revenu de l’actionnaire est imposé à un taux plus élevé que pour les dividendes déterminés.

Les dividendes ordinaires et les dividendes déterminés ne constituent pas une dépense déductible pour la société. Les taux d’imposition des particuliers sont donc moins élevés que ceux applicables à un salaire.

Dividendes et salaires : deux revenus particuliers

La question du choix de la rémunération est une question importante. La situation du propriétaire doit être analysée en profondeur par un spécialiste afin de déterminer quel mode de rémunération, entre le salaire et le dividende, lui conviendra le mieux. Si vous souhaitez faire une analyse des facteurs fiscaux et personnels vous concernant, n’hésitez pas à contacter notre équipe d’experts en comptabilité.